TwinL conseille PACWAN pour son intégration à CELESTE    24 juin 2020

Laurent BERNAUER, président de STELLA TELECOM revient sur sa cession au groupe CELESTE


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Laurent Bernauer, PDG du Groupe Stella Telecom, opérateur télécom pour les entreprises et collectivités locales qui existe depuis 1997.

Beaucoup d’opérateurs télécoms Français et étrangers se sont déclarés intéressés par ce rapprochement alors qu’est-ce qui vous a fait choisir le Groupe Celeste parmi tous les autres ?
En premier lieu, CELESTE avait un projet industriel extrêmement intéressant, avec pour ambition de devenir le premier opérateur dédié aux entreprises sur le marché de la fibre optique. Une autre des raisons de notre choix, c’est la complémentarité sur différentes gammes de produits. Enfin, Stella a un niveau d’automatisation et de produits qui est vraiment intéressant pour Céleste qui lui déploie sa propre fibre en propre : bref, nous sommes vraiment très complémentaires, c’est pour cela qu’on les a choisis.

Aujourd’hui, est-ce un nouveau cap pour vous en tant que dirigeant d’entreprise ?
Non, pas vraiment, parce-que pour l’instant, une fois que la cession sera terminée, (je ne vais pas prendre ma retraite, car je n’ai que 42 ans), je vais d'abord accompagner cette fusion. Je ne me suis pas encore projeté dans le futur.

Comment vos équipes (120 collaborateurs/trices) ont-ils reçu la nouvelle ? Séquence « émotion » après toutes ces années ensemble ?
Il y a eu une forte séquence émotion, surtout pour les plus anciens. Mais ils ont parfaitement compris le but de ce rapprochement : dans ce marché extrêmement concurrentiel que sont les Télécoms d’entreprise, plus on est gros, plus en s’en sort. Maintenant, c’est parfaitement accepté, et ils ont hâte de réussir ce nouveau challenge.

L’opération s’est faite en 6 mois et en grande partie pendant le confinement ce qui a dû être « sportif » ? Vos commentaires ?
En effet, on avait la crainte que l’opération soit gelée pendant cette période de confinement, mais CELESTE était extrêmement motivé pour intégrer Stella Telecom au sein de son groupe le plus rapidement possible. Donc tout le travail des auditeurs et des avocats et une part des négociations ont pu se faire à distance, grâce au télétravail et à nos moyens technologiques. Il faut dire que c’est l’avantage d’être dans une société de télécommunications comme Stella. Pour nous, la mise en place du télétravail et des moyens de communication en moins d’une journée était assez simple, car tous nos systèmes sont conçus pour être accessibles à distance, de façon sécurisée, avec du VPN, de la téléphonie, visio… Tout était fait pour et les visio conférences, avec nos différents sites, faisait déjà partie de notre pratique, bien avant le confinement. Au final, cela n’a pas vraiment perturbé le fonctionnement du travail.

Avez-vous pensé à gérer cette cession seul ou immédiatement décidé de vous faire accompagner dans ce process par une Banque d’Affaires ?
Immédiatement avec une Banque d’affaires, car nous n’avons pas le temps, et en tant que chef d’entreprise, on gère une structure, des équipes et bien d’autres sujets. Là c’est un métier, qu’on ne connaît pas. La cession d’une entreprise, c’est très spécifique.

Combien de Banques d’Affaires avez-vous consulté avant de choisir TwinL ?
Trois Banques d’Affaires ont été consulté dont TwinL. Celle-ci a été sélectionnée avec la volonté d’un accompagnement plus « humain ». Notre désir était de trouver une structure qui s’occuperait totalement de nous durant tout le processus de cession, au contraire d’un grand groupe où nous aurions été un dossier « parmi tant d’autres ». L’équipe TwinL nous a beaucoup plus rassurée en ce sens. Clairement, les deux autres Banques d’Affaires que nous avons consultées étaient de gros groupes, et on ne s’est pas senti à l’aise, car le premier contact fut assez « froid ».

C’était votre 1ere cession d’entreprise et après cette belle réussite qu’en retirez-vous comme enseignement du point de vue du process ?
Question difficile. Le plus dur a été l’audit parce qu’il y avait énormément de documents à fournir...il fallait revenir presque 20 ans en arrière ! Globalement, cela s’est extrêmement bien passé, et on était très bien accompagné, que ce soit avec notre Banque d’Affaires (TwinL), nos avocats (KPMG)... ; et nous avions à faire avec un acquéreur sérieux et motivé par la réussite de l’opération.

Plus spécifiquement sur l’équipe qui vous a accompagnée et qui a managée ce process. Cela correspond-il à ce que vous imaginiez en choisissant TwinL ?
Je suis totalement enchantée dans le mode de fonctionnement, toujours accessible, toujours disponible. On a leur téléphone portable et ils décrochent même tard le soir. Cela s’est très bien passé. Dès qu’on avait une question, interrogation, ils étaient là pour nous expliquer, nous rassurer.


Retour au communiqué de presse